Gisèle Gual

Diététicienne nutritionniste agréée à Linkebeek

0486 / 35 59 11

Consultations de diététique pour enfants et adultes

Envies pendant la grossesse : mythe ou réalité ?

Envies pendant la grossesse : mythe ou réalité ?

Je suis tombée sur article qui m'a interpellée sur le sujet des fameuses envies durant la grossesse. En effet, quand on discute entre femmes, la plupart disent en avoir eu au moins quelques semaines durant la grossesse : envies de biscuits hyper salés, de pommes, de bonbons, de lard, de mangue... 

Et il semble bien que ce ne soit pas qu'un mythe : selon une étude américaine, 76% des femmes déclarent avoir des envies à la 13è semaine de grossesse.

Plusieurs raisons d'ordre différent sont invoquées pour expliquer ce phénomène : les changements hormonaux, le besoin de combler un déficit nutritionnel, la présence de certaines molécules bien spécifiques dans les aliments et les facteurs culturels et psychologiques.

Il semble que contrairement à l'idée reçue, non, le corps de la femme enceinte ne "réclame" pas car il lui manque quelque chose (du sucre, des protéines, des vitamines...). En revanche, les changements hormonaux peuvent influencer la perception gustative et olfactive (les goûts et les odeurs peuvent nous sembler très différents que "hors grossesse") et donc notre attirance pour certains types d'aliments. Ce phénomène d'éveil des sens de la future mère pourrait même être une sorte de protection naturelle pour elle-même et son bébé. De même, la femme enceinte n'est pas attirée par des aliments dont la composition nutritionnelle lui serait bénéfique à elle et son foetus puisque si tel était le cas on recenserait plus d'envies de fruits, légumes ou céréales complètes ;-) Les envies sont bien plutôt influencées par la perception que l'on se fait de tel ou tel aliment (par ex. le goût sucré ou acide, la texure craquante ou au contraire fondante, l'odeur pimentée ou au contraire douce etc.)

Le dernier élément - les influences de la culture ou de facteurs psychologiques - a quant à lui un rôle indéniable. De fait, les envies des femmes enceintes américaines ne sont pas les mêmes que celles des japonaises, des colombiennes ou des égyptiennes ! Interesting isn't it ?

Mais alors, que faire de ces envies ? Doit-on les satisfaire pour ne pas frustrer la future maman ? Doit-on y résister à tous prix ?

Comme toujours, l'essentiel sera de veiller à l'équilibre global de l'alimentation pour éviter des excès qui pourraient mener à une prise de poids trop importante, à une augmentation de la glycémie... Quitte à adapter le reste de l'alimentation pour satisfaire ses envies

Sur ce, bon appétit et félicitations à tous les futurs ou jeunes parents !