« Je suis allergique au gluten », « Mon enfant est allergique au lait ».

Voilà des phrases que l’on entend souvent, surtout quand on est diététicienne-nutritionniste. Et la question que je pose systématiquement est : allergique ou intolérant ?

Mais quelle est la différence ?

L’intolérance…

est un terme utilisé pour une grande variété de réponses physiologiques associées à des aliments (ou un de ses composants) particuliers. Elle ne doit pas être confondue avec l’allergie alimentaire qui elle, implique une intervention du système immunitaire. Deux intolérances alimentaires fréquemment rencontrées sont l’intolérance au lactose et l’intolérance au gluten (aussi appelée coeliaquie ou maladie coeliaque).

L’intolérance au lactose est due à un déficit de lactase. La lactase est une enzyme qui digère le lactose. Dans l’intolérance au lactose, la quantité de lactase est trop faible chez les personnes qui y sont intolérantes. Le lactose restant tel quel dans l’intestin est alors utilisé pour la fermentation par les bactéries intestinales. Ce qui provoque les symptômes typiques : ballonnements, diarrhée… Pour éviter ces symptômes, il n’est pas nécessaire d’éliminer tous les aliments qui contiennent du lactose, mais de bien les choisir et de jouer sur les quantités. Par exemple le yaourt est en général bien toléré car le lactose y est déjà en partie digéré par les bactéries. On peut aussi prenant du lait sans lactose ou même avoir recours aux gélules de lactase avant un cheese & wine ;-) Bon à savoir : l’intolérance au lactose peut être réversible ! Un bébé intolérant au lactose ne devra donc pas forcément éviter le lactose toute sa vie.

L’intolérance au gluten – elle – est caractérisée par une activation anormale du système immunitaire. En gros, le gluten « attaque » les cellules de l’intestin qui finissent par ne plus jouer plus leur rôle convenablement. Ce qui peut mener à des diarrhées, perte de poids, ballonnement abdominal, anémie… Les symptômes et même les lésions de l’intestin sont 100% réversibles sous régime sans gluten. Dans l’enfance, le suivi strict du régime sans gluten sera indispensable pour permettre une croissance normale. Ensuite, la tolérance s’améliore en général mais le régime sans gluten devra tout de même être poursuivi.

D’autres intolérances alimentaires existent, qui peuvent être liées à la consommation d’aliments riches en histamine (vieux fromages, poisson…) ou à une intolérance à  certains additifs alimentaires (par ex. sulfites dans le vin).

L’allergie…

fait intervenir des anticorps (Immunoglobulines IGA), libérés par notre corps lorsqu’il entre en contact avec une substance étrangère présente dans l’aliment (une protéine, l’allergène). 80% des allergies alimentaires chez les enfants sont constituées par l’allergie aux oeufs, aux protéines du lait de vache (et non au lactose donc), au poisson, à l’arachide, aux fruits à coque.  Chez l’adulte par contre, les allergies alimentaires sont principalement liées à des aliments d’origine végétale (fruits à coque, kiwi, banane…). Les symptômes de l’allergie alimentaire sont en général différents et plus graves que ceux de l’intolérance (eczéma, malabsorption intestinale, anorexie…voire même choc anaphylactique).

Les allergies sont présentes chez 6-8% des enfants d’âge scolaire, et chez 2-3% des adultes. Il est évident que la prévalence des allergies augmente, mais les allergies alimentaires sont quand même surestimées.

Diagnostic

Que ce soit pour une intolérance ou une allergie, une prise de sang seule le suffit pas (jamais !) à poser un diagnostic.

Que faire en cas de symptômes?

Consultez votre médecin, un médecin allergologue et un(e) diététicien(ne). Ceux-ci procéderont par étapes afin de déterminer précisément les aliments pouvant être incriminés dans les symptômes (la diététicienne procédera par exemple à un questionnaire détaillé des aliments que vous avez consommés, en croisant ces données aux horaires de consommation et aux symptômes). De même, ils vous aideront à repérer les aliments à éviter si nécessaire et vous donneront des trucs en cas d’urgence (pour les allergies surtout).

Consulter un professionnel est essentiel à maintenir une alimentation la plus équilibrée et variée que possible et éviter les carences que certains régimes farfelus peuvent entrainer.